Chéri(e), je ne me sens pas bien…

Comment nos interprétations et projections nous empêchent de bien communiquer

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur les difficultés de communication :

Communication, Télépathie et Romantisme

Transcription de la vidéo :

Bonjour,

Ici Guillemette Moreau.

Est-ce que vous vous reconnaissez dans la scène suivante ?
Bien sûr toute ressemblance avec des personnes réelles serait totalement fortuite, mais on ne sait jamais…

– Chéri, je ne me sens vraiment pas bien…
– Ah bon, et depuis quand ?
– Je ne sais pas
– Non mais, depuis ce matin, cet après-midi ?
– Je ne sais pas
– Mais enfin, c’était avant le lunch ou après ?

En gros, la 2ème personne est déjà partie dans un processus de résolution de problème : puisque qu’on vient me parler d’un problème, c’est mon interlocuteur souhaite de l’aide, ou un conseil…
Alors que la 1ère personne demandait sans doute juste de l’attention, qu’on l’écoute, un peu d’empathie…

C’est classique dans les relations de couple, en famille, avec votre meilleure amie, mais aussi de manière dans les relations professionnelles.
Je viens de passer 2 heures non-stop dans mes tableaux excel et je vais voir un ou une collègue pour lui parler du dossier mais en fait, c’est juste pour décompresser, parler un peu. Et hop, l’autre se sent obligé, et pas forcément ravi, de m’aider…
Au final, les 2 sont frustrés : le 1er n’a pas pu s’épancher, et le 2ème voit que ses conseils ne sont pas reçus de manière enthousiaste…

Dans une conversation, nous projetons nos propres besoins psychologiques :
– Dans l’exemple précédent, une personne rationnelle va supposer que l’autre veut une réponse précise alors que peut-être son interlocuteur voulait juste un contact humain…
– A l’inverse, une personne empathique va supposer que l’autre qui vient la voir s’intéresse à la relation, et va être déçue si on lui demande juste une information, un chiffre…

La formule « tu en penses quoi » est la porte ouverte à ces discours parallèles :
« Tu en penses quoi », cela peut vouloir dire :
– tu analyses cela, tu évalues cela comment ?
– quelle est ton opinion ?
– toi personnellement, tu ressens cela comment ?
– tu aimes ou tu n’aimes pas ?
– on achète ou on achète pas ?

Alors quand vous commencez une discussion avec une personne, il faudrait idéalement :
1 – clarifier VOTRE besoin psychologique dans cette relation et l’exprimer, vous voulez quoi VRAIMENT ?
2 – comprendre le besoin psychologique de l’AUTRE, et si ce n’est pas clair, POSER LA QUESTION
avant même de commencer à parler de contenu…

Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais si vous vous retrouvez régulièrement dans ce genre de situation avec des personnes proches ou dans des situations avec des enjeux importants, cela peut valoir la peine de prendre du recul et comprendre ce qui se passe.

Pour vous entrainer, pour pratiquer sur des cas réels, vous pouvez faire appel à un coach ou faire une formation en communication 😊…

Si ce post vous a intéressé, faites-le suivre à vos amis et si vous n’êtes pas encore inscrit à ma lettre d’inspiration mensuelle, utilisez le lien sur cette page à droite pour le faire.

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach Professionnelle et Formatrice chez Coherence Coaching

Contactez-nous pour plus d'information

Share This