Stress : Connaitre vos Déclencheurs

Nous avons tous des situations, des événements, des interactions qui appuient sur un ou plusieurs de nos « orteils sensibles » qui nous font réagir émotionnellement de manière quasi automatique.

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur les Réactions Émotionnelles :

Séquences de Stress et Pétages de Plomb

Texte

Stress : Connaitre vos Déclencheurs (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Il y a des événements, des types de situations qui déclenchent de manière automatique des émotions fortes chez nous.

Et d’ailleurs cela nous laisse parfois perplexe, voire honteux.

Comment ai-je pu perdre ainsi mon self-control et être aussi désagréable avec un quasi-inconnu ? Pourquoi je m’énerve et je me dispute systématiquement avec tel collègue, tel voisin, tel cousin ?…

C’est que nos émotions vont plus vite que notre cerveau, et que notre réaction est devenue « épidermique ». C’est pourquoi j’appelle cela nos « orteils sensibles » avec mes clients : on vous marche dessus et vous hurlez !
Et avec le temps, cela devient de plus en plus sensible : la 1ère fois qu’on nous marche sur le pied, on tolère. La 2ème ou 3ème fois, cela énerve. A la longue, cela devient insupportable et je réagis violemment au moindre effleurement.

 

Nous avons tous des orteils sensibles différents :

L’injustice est un grand thème chez les enfants, et chez les grands enfants que nous sommes encore.
On nous a fait croire à l’égalité, à l’équité, on nous a demandé d’être gentil / patient / aidant, etc… avec nos frères et sœurs, nos petits camarades, nos collègues, et soudain on découvre que la vie et les autres ne sont pas équitables…

Le respect est une variante plus adulte mais tout aussi sensible

– Il y a aussi la remise en cause de ma valeur : le fait qu’on puisse laisser entendre que je ne suis pas honnête, pas compétente, pas gentille, pas assez fort.
En gros je ne suis pas « à la hauteur » des standards que je me suis fixée, ou qu’on m’a fixés.

– Ou bien le doute sur la confiance placée en l’autre : la trahison bien sûr mais aussi juste le doute sur la confiance que je lui ai accordé peut me mettre en stress.

L’intimité, le fait qu’on rentre dans ma bulle de sécurité ou que l’on puisse prendre du pouvoir sur moi par un lien émotionnel, peut me faire réagir et je rejette l’autre de peur de m’attacher (et donc de souffrir si c’est lui ou elle qui me rejette)

L’ennui aussi peut être un orteil sensible pour certains, notamment pour ceux qui sont stimulés par l’action car si je ne bouge pas, suis-je encore vivant ?

– Et puis enfin, la question fondamentale : suis-je aimée ?
Avec différentes variantes :
– suis-je aimée par mes parents, mon conjoint, ma conjointe ?
– suis-je acceptée par les autres, la société pour ce que je suis : grande question de l’adolescence (mais pas seulement) où je pousse les limites et transgresse les règles pour me rassurer que je suis toujours acceptée. Une variante chez certaines personnes, c’est un retrait volontaire où j’espère qu’on vienne me chercher.

La liste est assez longue, et nous pouvons cumuler plusieurs orteils sensibles !

Et cela renvoie à des sentiments ou des peurs profonds : ne pas être aimé, ne pas faire partie du groupe, avoir confiance ou non, donc derrière la question de la sécurité et de la survie… Mais là je déborde…

 

Donc revenons à nos orteils sensibles !

 

2ème point : la manière dont nous réagissons est différente selon les personnalités :

Par exemple, face à l’injustice, vous avez la version « calimero » qui se pose en victime et son fameux « c’est trop injustice » ou la version combattante ou revancharde « tu vas voir ce que tu vas voir » qui est une version à peine édulcorée du « j’te fais ta fête à la récré ».
C’est la notion de positions de vie que nous avions vu dans d’autres vidéos : soit je pars en +/- et j’attaque, soit je pars en -/+ et je subis ou me victimise. Cela dépend notamment de votre discours intérieur mais on en reparlera une autre fois.

De toute façon, à chaque fois, vous fatiguez vos artères, vous vous réveillez la nuit, votre foie en prend un coup ou votre ulcère se réveille…

Bref c’est mauvais pour votre santé physique et mentale !

 

Alors, imaginez que vous développiez votre connaissance de vous-mêmes, que vous preniez conscience de vos orteils sensibles, que vous puissiez prendre du recul quand vous voyez arriver les situations délicates afin de mieux les gérer…

Est-ce que cela ne vaut pas la peine d’essayer de sortir de nos automatismes émotionnels ?

Il y a de nombreuses philosophies ou techniques pour vous aider et toutes ont leur intérêt, à vous de voir, on peut en discuter… mais faites quelque chose pour vos orteils !

 

Si ce post vous a intéressé, faites-le suive à vos amis ou vos collègues et si vous n’êtes pas encore inscrit à ma lettre d’inspiration mensuelle, utilisez le lien sur cette page pour le faire.

A bientôt !

Guillemette Moreau, Coach Professionnelle et Formatrice chez Coherence Coaching

Contactez-nous pour plus d'information

Share This