Éloge de la Fuite Professionnelle :

Dans un environnement professionnel hostile, quelles sont nos options ?

Et parfois sachons reconnaître quand le combat est perdu d’avance…

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur le thème de la Gestion de Carrière :

Conscience de Soi

Texte

 

Éloge de la Fuite Professionnelle (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Ici Guillemette Moreau.

Dans mes vidéos, je partage mon expérience de coach professionnelle et formatrice en entreprise, pour j’espère vous aider à prendre du recul sur votre vie au travail. Abonnez-vous dès maintenant à ma chaîne…

 

J’espère vous avoir intrigué avec le titre de cette vidéo sur l’éloge de la fuite professionnelle.

L’éloge de la fuite, c’est un hommage à Henri Laborit. Son livre de ce nom dépasse largement en puissance ma réflexion du jour sur la gestion d’un environnement professionnel hostile. Mais si vous voulez shaker votre vison du monde, lisez ce livre décapant et aussi un peu déprimant !

 

Bon alors je reviens à l’environnement hostile, et notamment professionnel.

Par exemple vous avez un supérieur ou des collègues désagréables, un boulot difficile physiquement ou psychologiquement, avec beaucoup de stress, pas forcément les moyens d’atteindre vos objectifs, vous êtes en décalage avec vos valeurs ou tout simplement vous vous ennuyez…

Nous sommes tous passés par là et je m’adresse à ceux qui sont actuellement dans un environnement hostile ou qui voient un des leurs proches, ou un des leurs collègues dans cette situation.

 

En gros il y a 3 réactions possibles, et cela correspond aux réactions de base dans le monde animal.

Il y a aussi des stratégies plus long terme d’adaptation ou d’alliances collectives mais dans le feu de l’action, nos options se résument en général à me battre, « geler » ou fuir.

 

– 1ère stratégie : vous vous battez et vous essayez de changer l’environnement.

Poussée d’adrénaline, je mets toutes mes forces dans la bataille et je tue, ou suis tué.

Si vous êtes le dos au mur de votre caverne avec le tigre en face de vous, c’est votre seule issue.

Ce qui pose d’ailleurs une 1ère question : aujourd’hui à quel point êtes-vous acculé dans votre job ? Avez-vous des dettes qui vous lient à votre salaire ? Avez-vous un métier en voie de disparition ? Si c’est le cas cela vaut la peine de travailler sur le sujet avec un coach…

Mais souvent, dans le monde professionnel, nous ne sommes pas vraiment acculés et pourtant en train de nous battre, mais c’est devenu des guerres d’ego, des combats de coq. Je ne vais quand même pas le laisser gagner, lui laisser le champ libre avec en plus les auto-manipulations habituelles : par exemple, j’ai déjà investi tellement d’effort dans cette bagarre que je ne vais pas abandonner comme cela…

L’adrénaline, c’est une drogue et le conflit un cercle vicieux où je vais être dans la réaction court terme avec le risque de perdre le focus sur mon objectif.
Si vous êtes actuellement en guerre professionnelle, c’est quoi votre réel objectif ? Réaliser votre projet ou juste enfoncer l’autre ?

Et cela marche aussi dans les relations de couple, de famille, et le choix des prochaines vacances…

 

– 2ème stratégie : je subis, je fais le dos rond et j’attends.

Dans le règne animal, c’est « je fais le mort », je fige en espérant que l’agresseur ne va pas me voir ou va croire que je suis mort, car peu d’animaux mangent les cadavres.

Et côté professionnel, j’attends que mon chef change, que mon collègue harceleur soit muté, que la situation économique s’améliore, que mon job retrouve du sens…

Le risque c’est la politique de l’autruche, je suis tellement concentré sur ma survie psychologique que je ne vois plus ce qui se passe, et cela dure.

Et comme j’internalise mon stress, c’est très mauvais pour ma santé mentale et physique.

Si vous faites actuellement le dos rond dans un environnement hostile, cela ne doit être que temporaire, et de courte durée.
Donc mettez-vous un délai : si dans 3 mois, je n’ai pas changé de chef, je change de stratégie, et par exemple je me barre !

 

– Parce que la 3ème stratégie, la fuite, est souvent la meilleure solution.

J’externalise mon stress dans l’action et je sauve ma peau.

Mais nous avons été éduqués dans la compétition dès le bac à sable, à qui sera le 1er, qui sera le plus fort.

Et la fuite n’est pas glorieuse dans notre culture occidentale d’héroïsme : les héros des films d’action fuient après avoir posé le dispositif qui fait exploser le repère du méchant, mais pas avant. D’autant qu’un film d’action tient en 1h30 et difficile de faire de la stratégie long terme en 1h30.

Mais dans l’histoire militaire les vrais stratèges savent se replier pour attendre la bonne météo ou un meilleur terrain. Et encore mieux envoyer leurs diplomates avant de se retrouver dans les tranchées.

 

Alors entre ces 3 options :

  • Le héros drogué à l’adrénaline qui risque d’aller au casse-pipe
  • Le lapin tétanisé face aux phares de voiture
  • ou le stratège focalisé sur son objectif et sachant anticiper les situations dangereuses

Vous choisissez quoi ?

 

J’espère avoir revalorisé chez vous l’option de la fuite stratégique 😊.

Ou juste la fuite de survie si vous êtes actuellement en harcèlement ou en burn-out.

 

Si cette vidéo vous a intéressé, faites-la suivre à vos collègues ou amis et abonnez-vous maintenant à ma chaine YouTube.

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach professionnelle et Formatrice chez Coherence Coaching

Contactez-nous pour plus d'information

Share This