Combien de Temps dure un Deuil ?

La question arrive souvent via l’entourage qui s’inquiète :

  • Est-ce bien normal de ne rien changer à l’appartement 2 ans après ?

  • Est-ce bien normal d’avoir des photos partout présentes, ou au contraire aucune ?…

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur le deuil :

Gérer un deuil professionnel

Texte

Combien de Temps dure un Deuil ? (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Combien de temps dure un deuil ?

Oui je parle d’un deuil de personne, de quelqu’un de cher qui disparaît de votre vie.

 

Ici Guillemette Moreau.

Avec mes vidéos, j’espère vous aider à créer la vie professionnelle et personnelle que vous souhaitez. Abonnez-vous dès maintenant à ma chaîne…

C’est justement parce que je ne suis ni psychologue, ni psychiatre… juste une personne comme les autres concernée par ce sujet, et aussi parce que j’écoute de nombreux clients dans ma pratique de coach, que je me permets cette vidéo un peu personnelle.

 

La question arrive souvent à la personne concernée via l’entourage qui s’inquiète :

  • Est-ce bien normal de ne rien changer à l’appartement 2 ans après ?
  • Est-ce bien normal d’avoir des photos partout présentes, ou au contraire aucune ?
  • Est-ce bien normal de jeter les habits au lendemain de l’enterrement ou au contraire de tout garder dans les placards ?

Si on continue de vivre comme si de rien n’était, l’entourage soupçonne le déni.

Si on montre trop longtemps que l’on souffre, ce serait un deuil pathologique…

 

Sauf qu’il n’y a pas vraiment de « normalité » dans ce domaine.

J’ai des clients / clientes adultes qui pleurent en parlant de leur meilleur ami 20 ans après, ou de fausse couche, ou de leur chien disparu quand ils étaient enfants…

Les livres sur le deuil permettent de mettre des noms, de conceptualiser. Comme les phases du deuil décrites par Elisabeth Kübler-Ross, mais on sait aussi que ces phases ne s’enchainent pas de manière linéaire.

 

Le problème, c’est que c’est souvent un sujet tabou, sans doute parce que la mort fait peur.

Et, surtout si c’est la première fois, on se retrouve totalement désemparé, à gérer tant bien que mal les émotions diverses – tristesse, colère, regrets, culpabilité, qui se mêlent à la souffrance – et à continuer à avancer, par réflexe – la vie est puissante – pour les autres, pour l’autre.

Parfois aussi une nouvelle étape de vie, qui nous insécurise, ou un autre deuil, nous remet face à la cicatrice, par forcément pas cicatrisée. Et à nouveau, émotions, vulnérabilité…

 

Par ce message, je voulais juste vous dire qu’il n’y a pas de règle.

Et que vous avez le droit de prendre votre temps, ou d’aller vite.

Un jour, je vous souhaite d’avoir la personne disparue dans votre cœur et peut-être vous discuterez intérieurement avec elle de manière apaisée, voire en lui demandant son avis avec humour sur votre quotidien.

Mais en attendant si vous souffrez, faites-vous aider psychologiquement…

 

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach et Formatrice professionnelle chez Coherence Coaching

Contactez-nous pour plus d'information

Share This