Jeux psychologiques : Le rôle de PERSÉCUTEUR

« Tout cela c’est ta faute, tu es vraiment nul… »

Le regard condescendant, la critique facile, et pourquoi un peu de zizanie…

L’entrée dans les jeux psychologiques par le rôle du Persécuteur peut être sournoise ou violente…

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur les jeux psychologiques :

Jeux Psychologiques : Le rôle de VICTIME
Jeux Psychologiques : Le rôle de SAUVEUR
Princesse, Dragon et Chevalier
Sortir du triangle dramatique

Texte

Jeux Psychologiques : Le rôle de PERSÉCUTEUR (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

« Ben, alors t’es pas capable ?… »

« Tout cela c’est ta faute, tu es vraiment nul… »

Le regard condescendant, la critique facile, et pourquoi un peu de zizanie…

L’entrée dans les jeux psychologiques par le rôle du Persécuteur peut être sournoise ou violente et cherche une Victime à rabaisser pour se valoriser ou juste expurger sa frustration.

 

Ici Guillemette Moreau, coach et formatrice en entreprise, et coach de carrière.

Avec mes vidéos, j’espère vous aider à créer la vie professionnelle et personnelle que vous souhaitez. Abonnez-vous dès maintenant à ma chaîne…

 

Rabaisser l’autre, l’amener sur des terrains où je vais gagner facilement sont des entrées classiques dans les jeux psychologiques depuis la position de « Persécuteur ».

Pour cela je peux souffler le chaud et le froid, utiliser l’intimidation, la flatterie, la médisance… le répertoire de manipulation est vaste.

Cela peut être masqué derrière une volonté d’efficacité ou des enjeux de pouvoir hiérarchiques. Alice Miller a aussi remarquablement décrit la violence éducative masquée sous le prétexte du « c’est pour ton bien ».

L’étape suivante étant la création conscience ou inconsciente d’une dépendance. Et dans les différents acteurs du jeu, le Persécuteur n’est pas le moins fragile. Un narcissique peut ainsi devenir dépendant du regard admiratif ou soumis des autres, et aller de plus en plus loin dans la provocation ou la violence jusqu’à ce qu’il soit démasqué, abandonné ou rattrapé par la justice…

 

Les jeux psychologiques ont été théorisés par Eric Berne, créateur de l’analyse transactionnelle, et il en décrit des dizaines dans son livre célèbre « Des jeux et des Hommes ».

Ensuite Steven Karpman a approfondi le sujet avec son célèbre Triangle avec 3 rôles : Victime – Sauveur et Persécuteur. J’ai d’autres vidéos sur le sujet si vous souhaitez creuser.

 

On peut rentrer dans les jeux psychologiques à partir des 3 rôles mais je veux ici me concentrer sur les jeux initiés depuis le rôle de Persécuteur.

Attention je parle bien de rôles psychologiques. Si vous êtes attaqué dans la rue, appelez la police et non un psychologue…

 

Une remarque à propos du rôle du Persécuteur dans un jeu psychologique :

Ce n’est pas forcément une personne. Il y a des jeux Victime / Sauveur où c’est un phénomène externe, un accident, une maladie, une situation économique qui tient le rôle du Persécuteur.

Mais comme je veux parler ici des jeux initiés depuis cette position, je vais me limiter au rôle joué par une personne.

 

L’objectif des jeux psychologiques est de renforcer une croyance fondamentale chez la personne qui l’initie.

Des croyances, nous en avons tous et nous jouons tous et souvent à des jeux psychologiques. Souvent de manière inconsciente sauf pour les joueurs professionnels.

 

Dans le cas du rôle du Persécuteur, ces croyances, cela peut être :

  • Tu es responsable de ce qui m’arrive
  • Je suis le meilleur (et les autres sont nuls)
  • Dans la vie il faut se battre (et tant pis pour les faibles)…

Cela peut aussi être le fruit d’une éducation ou d’un environnement où la force est valorisée, style cowboy solitaire, ou compétition permanente.

 

Pour conforter ma croyance, je vais créer des situations où je peux être supérieur, voire écraser l’autre ou l’humilier.

Et tant que cela marche, pourquoi arrêter ?

Je cherche donc une Victime pour me valoriser, ou parfois aussi un Sauveur que je vais provoquer, afin de le transformer en Victime.

 

1er niveau de bénéfices : cela rassure mon ego, éventuellement je ventile ma frustration et pourquoi pas me donner le beau rôle en justifiant cela par la faiblesse de l’autre.

Prenons un exemple : il y a un nouveau poste de chef d’équipe en création et on attend que le directeur l’attribue, a priori à Michel qui attend patiemment son tour depuis 2 ans. Je vais court-circuiter tous ces besogneux et taper haut, me faire bien voir par le grand patron et récupérer le poste. 1) je suis la meilleure et 2) finalement ça leur apprendra, ils n’avaient qu’à se bouger.

 

Tant que personne ne se met en travers de mon chemin, je continue.

Évidemment si je trouve plus fort que moi ou que je suis rattrapé par la loi ou le règlement intérieur, je perds gros et peux me retrouver le dindon de la farce.

 

Dans le cas de la guerre hiérarchique, cela pourrait devenir :
– Michel, pas si faible ni Victime que cela, décide de se battre et possède un réseau bien supérieur au mien
– Ou bien une autorité (supérieur, syndicat, règlement, etc…) prend le rôle du Sauveur

Je perds la partie, et hop, le triangle a pivoté. Je deviens par exemple Victime du Sauveur devenu Persécuteur qui me rappelle à l’ordre ou me mute à Pétaouchnock.

 

Le Persécuteur peut avancer masqué.

Et il y a un jeu classique que vous avez sans doute tous déjà vécu : quelqu’un vient vous exposer son problème, semble demander de l’aide mais réfute toutes vos suggestions de solutions. C’est le jeu du « Oui mais » : rien n’est possible, elle a déjà pensé à tout, ou tout essayé… La fausse Victime peut ainsi vous démontrer que finalement vous n’êtes pas si intelligent que cela et vous rabaisser !

 

En plus, dans une relation, il y a un historique, des non-dits, des enjeux qui rendent la situation complexe, parfois illisible. Difficile de repérer les jeux en présence dans la grosse pelote émotionnelle !

Mes clients arrivent régulièrement avec des situations de jeux psychologiques établies depuis des années avec un conjoint, un enfant, un chef, un collègue…

La 1ère étape pour en sortir est de prendre conscience du jeu, d’où cette vidéo.

J’imagine que si vous la regardez, vous avez vécu ce genre de situations, partagez vos expériences et vos commentaires sous cette vidéo.

 

Enfin, dans son livre Steven Karpman ajoute encore des niveaux de complexité :

1ère complexité, et il dit que c’est une de ses découvertes majeures, derrière chaque rôle les 2 autres sont présents en mineur et de manière sous-jacente.

Par exemple, une touche de Victime dans mon ambition professionnelle serait « Dans ce service cela ronronne et je végète » et une touche de Sauveur serait « Cela va les secouer et les faire avancer » …

Autre complexité :  il y a le jeu extérieur avec les autres personnes, mais nous avons aussi nos jeux intérieurs, avec nous-mêmes… et même des jeux existentiels qui structurent notre vie…

 

Passionnant intellectuellement, pas toujours facile à vivre en réel…

 

Dans d’autres vidéos, je vous parle des autres rôles – Victime et Sauveur – et aussi de stratégies pour sortir des jeux psychologiques. J’espère que cela vous sera utile.

Et si vous êtes actuellement coincé dans un jeu dont vous ne savez pas sortir, contactez un coach de Coherence Coaching !

 

A bientôt.

 

Guillemette Moreau, Coach et Formatrice professionnelle chez Coherence Coaching

Contactez-nous pour plus d'information

Share This