Jeux psychologiques : Comment gérer un SAUVEUR ?

Dans les jeux psychologiques, un SAUVEUR vole à votre secours, en fait trop, sans que vous n’ayez rien demandé.

Vous sentez que vous allez devenir redevable, que l’offre n’est pas saine.

Voici les stratégies possibles pour éviter de vous retrouver piégé dans ce genre de situations.

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur les jeux psychologiques :

Jeux Psychologiques : Le rôle de VICTIME
Jeux Psychologiques : Comment gérer une VICTIME
Jeux Psychologiques : Le rôle de SAUVEUR
Jeux Psychologiques - Le rôle de PERSÉCUTEUR
Jeux Psychologiques - Comment gérer un PERSÉCUTEUR
Princesse, Dragon et Chevalier
Sortir du Triangle Dramatique

Texte

Jeux Psychologiques : Comment gérer un SAUVEUR ? (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Dans ma précédente vidéo sur le rôle de SAUVEUR dans les jeux psychologiques, j’ai décrit des scénarios classiques où une personne vole à votre secours, en fait trop, sans que vous n’ayez rien demandé.  Vous sentez que vous allez devenir redevable, et que l’offre n’est pas vraiment saine.

Voici maintenant la suite de cette vidéo, sur les stratégies possibles pour éviter de se retrouver piégé dans ce genre de situations.

 

Ici Guillemette Moreau, coach et formatrice en entreprise, et coach de carrière.

Avec mes vidéos, j’espère vous aider à créer la vie professionnelle et personnelle que vous souhaitez. Abonnez-vous dès maintenant à ma chaîne…

 

Donc vous avez une personne en face de vous qui propose son aide, sa présence.

Le 1er problème, c’est de savoir où est la frontière entre aide réelle et « sauvetage », c’est-à-dire une aide invitant à rentrer dans le triangle des jeux psychologiques.

 

Ce n’est pas toujours facile, mais il y a des indices qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille pour déceler une amorce de jeu :

  • Il n’y a pas eu de demande claire de votre part au départ,
  • Il y a une sorte de surenchère, et vous avez l’impression que la personne s’impose dans votre vie
  • L’aide n’est pas vraiment efficace, la personne ne sait pas mieux que vous, et vous sentez que ce qui est important pour elle est le fait d’aider, et d’être reconnue, remerciée pour cela, pas forcément de trouver des solutions à vos difficultés.

 

La formule du jeu psychologique selon Eric Berne et Steven Karpman commence par la phase d’hameçonnage : une accroche sur un point faible.

Et comme on ne peut pas changer les autres, et que des tentatives d’hameçonnage, nous en subissons tous à tous les jours, la meilleure parade est de connaitre du mieux possible nos propres points faibles pour éviter de tomber dans nos scénarios les plus habituels.

 

Nous avons chacun nos jeux favoris, et il n’y en a pas tant que cela au final.

C’est souvent a posteriori qu’on peut analyser ce qui s’est passé, comment je me suis encore laissé piéger : quand, avec qui, les déclencheurs qui me font partir au ¼ de tour (cela peut être la critique, l’ironie, le blâme, la plainte, l’indifférence…), les sujets sensibles (le respect, la non reconnaissance, la responsabilité…). Je peux aussi réfléchir aux jeux habituels dans ma famille dans lesquels je baigne depuis mon enfance, mes héros mythiques aussi… et ainsi prendre conscience de mes schémas habituels, et de mes points faibles.

 

Par exemple, une cliente de coaching avait tendance à donner des conseils à tout le monde, et à faire à la place des autres, tant dans sa vie professionnelle que personnelle. Quand je lui ai décrit les 3 rôles du triangle, elle a fait le lien avec son histoire familiale : elle avait été très jeune le pilier de la famille, se sentant responsable de ses jeunes sœurs, et même du bonheur de sa mère dépressive. Bref elle était devenue un enfant très mature, travaillant bien à l’école, très aidante, et maintenant une adulte « SAUVEUR » qui continuait à aider – à faire à la place des autres – et à donner des conseils à tout le monde dans sa famille ou au travail, même si on ne lui avait pas forcément demandé…

Imaginons que vous êtes la petite sœur de cette personne qui face à un propriétaire désagréable, vous conseille de changer d’appartement, qui prend les choses en main, regarde les annonces et voudrait presque choisir l’appartement pour vous.

Donc vous êtes face à un rôle de SAUVEUR qui vient vous aider sans que vous n’ayez rien demandé.

 

Selon votre sensibilité, vos points faibles, votre historique avec la personne, il peut y avoir 3 hameçonnages possibles :

  • Vous pouvez vous laisser porter par cette offre généreuse – c’est votre grande sœur, et elle décide de votre vie depuis 30 ans – et vous prenez le rôle de la VICTIME : « oh oui, s’il te plait, et puis j’ai peur de parler au propriétaire pour la caution… »
    Avec le risque de vous laisser envahir et/ou de devenir dépendant.
  • Vous pouvez aussi refuser cette intrusion et répondre dans un mode PERSÉCUTEUR : « Mais je ne t’ai rien demandé ! Et puis ras-le-bol que tu t’immisces dans ma vie, la dernière fois tu as tout fait foirer », et vous devenez le méchant ou l’ingrat de l’histoire.
  • Et si vous avez-vous-même une tendance SAUVEUR, vous pourriez entrer en surenchère : Oh oui, et je sais que tu adores cela, cela va te faire du bien de sortir, à charge de revanche si tu veux quoi que ce soit où je peux t’aider. »

 

Au début, c’est difficile à repérer tellement c’est automatique, surtout avec certaines personnes ou certaines situations.

La personne appuie sur le bouton « laisse je vais t’aider » et hop, je me repose sur elle, ou bien je la critique, ou bien j’embarque dans la spirale de dettes.

 

La 1ère étape est donc de repérer vos scénarios types.

Ensuite, il va falloir résister à la tentation, à la réaction réflexe.

Face à un SAUVEUR, je mets des limites et je refuse l’assistanat et la relation de dépendance.

  • Non, je ne vais pas me laisser infantiliser, je veux devenir autonome
  • Non, je ne vais pas m’énerver, juste mettre calmement des limites.
  • Non, je refuse le concours de dettes

Je suis un ou une adulte responsable qui veut s’adresser à un autre adulte responsable, en position +/+, pour accepter ou non l’aide proposée.

 

Car vous pouvez aussi accepter l’aide ou au moins une partie :

Si vous avez un problème et que vous ne trouvez pas de solution tout seul, comment l’autre peut m’aider à apprendre ?
Sans créer de dette que je risque de regretter.

 

Le cœur de la solution face à une offre de sauvetage, c’est donc de refuser la relation de pouvoir ou de dépendance.

Si vous avez la malchance de crever un pneu au bord de la route, et qu’un chevalier s’arrête pour vous aider, vous avez peut-être intérêt à accepter l’aide, soit parce que face à des boulons grippés être à 2 peut aider. Ou si vous ne savez plus changer une roue depuis votre permis de conduire il y a 40 ans, c’est l’occasion de réapprendre.

Oui c’est tentant de laisser faire votre SAUVEUR, mais :

1) vous n’apprenez pas et la prochaine fois il n’y aura peut-être pas de chevalier

2) dès qu’il y a relation de dépendance, de pouvoir, le jeu psychologique pointe son nez…

Alors résistez !

 

Là où cela se complique vraiment, c’est quand le jeu est installé depuis des années dans votre couple, votre famille, avec des collègues…

Surtout le scénario SAUVEUR cherche VICTIME, où vous avez laissé l’autre vous rendre dépendant.

Car soyons honnête, c’est souvent confortable de recevoir de l’aide sans avoir même besoin de la demander. Un jeu ne se joue pas tout seul, et s’il s’est développé c’est que vous l’avez alimenté même sans vous en rendre compte.

 

Oh pas besoin d’un vilain PERSÉCUTEUR en personne : le travail, la fatigue, l’ordinateur, une nouvelle procédure peuvent être le prétexte à de beaux jeux psychologiques.

Vous n’apprenez jamais à faire des macros Excel, puisque votre gentil collègue le fait toujours à votre place. Et un jour cela se retourne contre vous car un poste intéressant vous passe sous le nez car vous n’avez pas les compétences.

 

Quand vous allez vouloir sortir du jeu, apprendre par vous-même, refuser cette dépendance, attendez-vous à de la résistance en face : vous changez les règles, vous déstabilisez le système.

L’autre perd son piédestal, difficile parfois pour l’ego, vous allez devenir l’ingrat – après tout ce que j’ai fait pour toi…

On va essayer de vous faire revenir dans le triangle en vous flattant, en vous cajolant, en vous provocant…

Si vous savez que la partie va être rude, et que vous ne pouvez pas échapper à la pression, faites-vous aider.

 

D’ailleurs, j’imagine que si vous regardez cette vidéo, vous vivez ou vous avez vécu ce genre de situations, n’hésitez pas à partager vos expériences sous cette vidéo…

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach et Formatrice professionnelle chez Coherence Coaching

Contactez-nous pour plus d'information

Share This