Comment gérer la MAUVAISE FOI ?

Est-ce que la mauvaise foi vous agace ?

La mauvaise foi, c’est affirmer quelque chose tout en sachant que c’est faux, enfin que ce n’est pas vrai, enfin pas tout à fait…

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur la Mauvaise Foi :

De mauvaise foi ? Moi, jamais !

Texte

Comment gérer la MAUVAISE FOI ? (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Est-ce que la mauvaise foi vous agace ? Vous énerve ? Vous fait sortir de vos gonds ?

Vous n’êtes pas seuls, la plupart des gens disent que c’est une source de gros stress, et de conflit.
Pourtant, nous, nous ne sommes jamais de mauvaise foi, n’est-ce pas ?

 

Ici Guillemette Moreau, coach et formatrice en entreprise, et coach de carrière.
Avec mes vidéos, j’espère vous aider à créer la vie professionnelle et personnelle que vous souhaitez. Abonnez-vous dès maintenant à ma chaîne…

 

La mauvaise foi n’est pas toujours aisée à reconnaître et c’est une des raisons pour lesquelles cela nous énerve ou nous désarçonne : puis-je faire confiance à ce qui est dit, à la personne, ou pas ?

D’autant que pour faire passer la pilule, la mauvaise foi se cache parfois sous une apparence anodine ou trop parfaite.

 

La mauvaise foi, c’est affirmer quelque chose tout en sachant que c’est faux, enfin que ce n’est pas vrai, enfin pas tout à fait, ou en omettant le contexte…

Et il y a aussi des cas où ce qui est dit est vrai mais l’intention de la personne est trouble.

Ce n’est pas seulement un oubli ou une erreur : dans la mauvaise foi, il y a une motivation consciente et on imagine souvent une volonté de tromper et de manipuler.

Et comme l’évolution nous porte naturellement à la prudence et la méfiance, notre 1er filtre est donc : puis-je faire confiance ?

 

  • En effet, il peut y avoir des vrais manipulateurs autour de nous !

Connaitre les techniques classiques, reconnaitre et gérer les provocations ou attaques personnelles, les diversions, c’est très utile. Pour éviter tout simplement de rentrer dans le jeu et de se faire avoir. Et souvent cela suffit à détourner la personne qui ira chercher une autre victime… Mais si c’est votre conjoint ou votre chef, c’est plus difficile de fuir, faites-vous aider par un professionnel.

 

  • Dans les cas plus bénins, la mauvaise foi n’est pas forcément destinée à vous tromper mais par exemple à sauver l’estime, l’image de la personne en face.

Bien sûr au final, cela revient au même – un mensonge – mais l’intention est différente.

Dans le livre « le liseur » de Bernard Schlink, Hannah s’enfonce dans son procès de manière illogique, et on comprend tout à la fin qu’elle est en fait analphabète mais ne veut pas le montrer, même si cela pourrait peut-être alléger sa condamnation.

Et souvent, la mauvaise foi c’est juste cela, essayer de sauver la face, de faire un écran de fumée sur ses erreurs ou ses manquements.

 

Alors, si vous êtes témoin ou victime de ces petits (ou grands) arrangements avec la vérité, comment réagir ?

Tout dépend de votre intention :

  • Souhaitez-vous, devez-vous continuer à être en relation avec la personne ?

  • Souhaitez-vous l’enfoncer ou l’aider ?

 

La 1ère réaction pourrait être l’attaque, la colère en supposant une intention maligne de nuire.

Je suis en légitime défense donc je confronte la personne, je lui mets le nez dans ses mensonges. C’est efficace, mais peut-être trop.
L’autre risque de perdre la face, d’être humilié, la relation s’en remettra difficilement, et même cela peut créer un désir de vengeance.
C’est une stratégie possible si vous n’espérez plus rien de la relation, ou devez sauver votre tête dans l’histoire.

 

Une autre réaction possible, c’est de ne rien dire, surtout si ce n’est pas dramatique, ou que vous n’êtes pas personnellement menacé.

Vous fermez les yeux, et même laissez le champ libre en évitant d’entrer en contact avec la personne.
Le problème, c’est que cela peut renforcer 2 croyances chez l’autre :

  • Que sa version des faits n’est pas si fausse. Et comme on sait que notre mémoire s’adapte à nos histoires intérieures successives, progressivement cela devient sa vérité.
  • Ou bien, s’il ou elle reste consciente de sa mauvaise foi, eh bien que cela fonctionne, donc pourquoi arrêter…

Une bombe à retardement quand vous arriverez en 1ère ligne face à elle.

 

Une stratégie possible pour sortir par le haut, cela pourrait être de ne pas se crisper sur les faits – et montrer à l’autre qu’il a tort – mais de parler de vous et de votre interprétation possible, en proposant éventuellement une porte de sortie qui permet à l’autre de sauver la face tout en faisant passer le message que vous n’êtes pas dupe…

 

Un exemple si vous soupçonnez que votre enfant a pris de l’argent dans votre portefeuille :

  • Option 1 : vous le confrontez, il nie et c’est le drame
  • Option 2 : je fais comme si de rien n’était… jusqu’à la prochaine fois…
  • Option 3 : je pars du fait – il manque de l’argent dans mon portefeuille – et je me demandais si par hasard tu en avais eu besoin. Tu sais, c’est important que tu me dises quand tu as envie ou besoin de quelque chose et qu’on en discute… La confiance, c’est important…

Évidemment si cela se répète, il faudra peut-être devenir plus direct…

 

Au-delà des stratégies, la connaissance de soi, cela aide à comprendre.

Car souvent ce sont nos histoires intérieures qui nous poussent à la méfiance – je suis sûre qu’il l’a fait exprès, de toute façon elle est jalouse, il faut que je m’en méfie… Et nos histoires intérieures, elles viennent parfois de loin, de frustrations qui n’ont pas tant de choses que cela à voir avec la personne en question.

Parfois cela réveille des scénarios bien huilés en nous ou cela appuie sur nos valeurs piliers, et nos interprétations démarrent au quart de tour…

Nous pourrions lors même voir de la mauvaise foi dès que la personne en face de nous n’est pas d’accord avec nous…

C’est ce que l’humoriste Philippe Bouvard disait d’ailleurs :

« On appelle mauvaise foi les convictions d’autrui qu’on ne partage pas » 😊

Je vous laisse avec cette citation.

A bientôt.

 

Guillemette Moreau, Coach et Formatrice professionnelle chez Coherence Coaching.

Contactez-nous pour plus d'information

Share This