Confiance en Soi et Estime de Soi

Derrière ce mot un peu passe-partout de « MANQUE DE CONFIANCE EN SOI », il y a différents niveaux d’incertitude possibles.

Les repérer nous permet de mieux passer à l’action pour les dépasser…

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres vidéos sur la Confiance en Soi :

Confiance en Soi - Le Paradoxe de l'Intelligence

Texte

Confiance en Soi et Estime de Soi (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

En tant que coach, mon rôle est d’accompagner mes clients vers l’atteinte de leurs objectifs.

Donc on définit l’objectif, une stratégie et un plan d’action en fonction du contexte, des ressources disponibles et des freins éventuels.

 

Ça c’est la théorie, logique et rationnelle !

Mais bien sûr il y a des facteurs psychologiques qui rentrent en jeu, et notamment le sujet de la confiance en soi.

Le cas typique étant une intervention importante – et donc impressionnante – à faire devant un auditoire exigeant voire difficile.
Ma fébrilité augmente, le hamster mental tourne de plus en plus vite – je vais être nulle, je ne suis pas capable – et je perds mes moyens.

 

Ici Guillemette Moreau, coach et formatrice en entreprise, et coach de carrière.
Avec mes vidéos, j’espère vous aider à créer la vie professionnelle et personnelle que vous souhaitez. Abonnez-vous dès maintenant à ma chaîne…

 

La confiance en soi, c’est ce qui nous permet de passer à l’action malgré les difficultés ou les risques.

Je crois en mes capacités et cela me permet d’agir de manière efficace, sans avoir peur de l’échec ou du jugement des autres.
Éventuellement, je garde le stress positif qui me stimule, sans tomber dans le stress négatif qui me handicape.

Cela ne veut pas dire que je crois pouvoir tout faire : si je pense être capable de monter au Mont-Blanc et que c’est totalement déconnecté de mes capacités, cela ne s’appelle plus de la confiance en soi mais de l’illusion.
Et à l’inverse, le manque de confiance – la peur – face à un objectif irréalisable ou dangereux s’appellera alors du bon sens.

 

Donc c’est le niveau des capacités, des compétences, « je suis capable » ou « je ne suis pas capable » au sens propre.

Et alors je décide d’apprendre ou bien je réajuste l’objectif.
Je travaille ma présentation à fond, je demande les conseils avertis d’un senior plus expert que moi, ou même je fais la présentation avec mon supérieur pour baisser la pression.
Et progressivement j’apprends, ma compétence augmente donc ma confiance en moi dans ce genre de circonstances, c’est un cercle vertueux.

 

Mais les gens qui disent avoir un manque de confiance en eux n’ont pas forcément juste un problème de capacités mais plus souvent un problème d’image d’eux-mêmes.

Donc cela ne dépend pas seulement d’apprendre et de s’entrainer.

« Je ne suis pas capable » devient une sorte d’auto-jugement : je pense, je crois que je ne suis pas capable, que je suis nulle (et donc je perds encore plus mes moyens, ou je ne passe pas à l’action).

 

Ça c’est le 2ème niveau, celui de la vision que j’ai de moi-même.

Une question intéressante pour détecter cela, c’est de se demander quelles sont mes qualités et mes défauts.
Certaines personnes vont voir le verre plutôt plein, acceptant leurs défauts mais sans dramatiser.
Mais d’autres ne voient quasiment que les défauts, et les grossissent d’ailleurs.
Et quand on leur fait un compliment, elles ne le croient pas ou vont le minimiser car cela rentre en conflit avec l’image plutôt négative qu’elles ont d’elles-mêmes.

A ce niveau, mon identité commence à être attaquée.

C’est la différence entre « j’ai loupé mon examen » et « JE suis nulle ».

Quand j’ai une image dévalorisée de moi-même, il y a des croyances en arrière-plan qui me font filtrer la réalité d’une manière négative. Je dévalorise mes succès – si j’ai réussi, c’était en fait de la chance – je limite les risques et donc mes ambitions en fonction de ce que je crois être à ma hauteur.

En coaching, on va aller repérer les croyances limitantes – personnelles, familiales, culturelles – et les confronter et les transformer. Il y a des techniques simples et puissantes pour cela.
Si face à une expatriation, je panique parce-que dans ma famille on est nuls en langues… on va challenger ces croyances : Qui a dit cela ? A propos de qui, de quoi ? Et il est où ce gène mystérieux des langues ?
OK, ce n’est pas si facile d’apprendre une nouvelle langue mais ce que je veux dire, c’est que enlever ce genre de croyances permet de revenir au 1er niveau, celui des compétences, beaucoup plus actionnable que celui de la vision limitante de moi-même.

 

Parfois cela bloque vraiment.

Ma vision négative de moi-même est ancrée dans une histoire ou dans des croyances tellement fortes que cela a attaqué mon identité, et il y a une sorte de vide intérieur.

C’est le 3ème niveau, celui de l’estime de soi ou de l’amour de soi.

Au fond quoi que je fasse, je ne n’aime pas, JE suis nulle.
Et si j’ai des succès, le syndrome de l’imposteur me guette dans un coin, et les autres vont s’en rendre compte que je ne vaux pas grand chose…

Résultat, l’anxiété augmente et pour éviter que l’on voie ma réalité, je porte des masques que j’adapte à mon interlocuteur pour compenser, pour le séduire.
Mais je sais au fond de moi que je trompe l’autre et cela réduit encore plus mon estime de moi-même donc j’embellis encore le masque.
Comme ces dames du 18ème siècle dont le maquillage au plomb agressait et abîmait la peau et qui du coup en mettaient encore plus.
C’est un cercle vicieux typique chez les personnalités narcissiques qui affichent une façade de grande confiance en eux pour combler leur vide intérieur. C’est un autre sujet et j’ai fait des vidéos à ce propos.

De toute façon, quand il y a une réelle carence en amour ou en estime de soi, on rentre dans le champ de la thérapie. Si c’est votre cas, allez voir un spécialiste.

 

Pour résumer : derrière ce mot un peu passe-partout de manque de confiance en soi, il y a différents niveaux d’incertitude possibles :

  • Le doute sur mes capacités pour agir efficacement dans un contexte donné

  • L’image que j’ai de moi-même et mes croyances limitantes

  • Le doute fondamental lié à une estime de moi défaillante

 

J’espère que cette vidéo vous aidera à repérer ces niveaux de manque de confiance en soi, chez vous ou chez les autres, pour adapter vos stratégies et surtout passer à l’action pour dépasser ces limites.

A bientôt !

Guillemette Moreau, Coach et Formatrice professionnelle chez Coherence Coaching

Contactez-nous pour plus d'information

Share This