Confiance en Soi : Le Paradoxe de l’Intelligence

Ma croyance en mon intelligence, et comment je la définis, influe sur la pression que je me mets moi-même face à un challenge…

Et du coup sur comment je réagis face au succès ou face à l’échec, puis sur ma confiance en moi.

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Autres articles sur la Confiance en Soi :

Confiance en Soi et Estime de Soi

Texte

Confiance en Soi : Le Paradoxe de l’Intelligence (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

Sans doute le titre de cette vidéo vous a intrigué.

La logique intuitive voudrait que plus on est intelligent, plus a confiance en soi.
Et puis en réfléchissant, on se dit que cela n’a peut-être rien à voir, ou même qu’à l’inverse comme le dit Lino Ventura dans les Tontons Flingueurs : « les cons ça ose tout, c’est d’ailleurs à cela qu’on les reconnait ».

 

Ici Guillemette Moreau, coach et formatrice en entreprise, et coach de carrière.
Avec mes vidéos, j’espère vous aider à créer la vie professionnelle et personnelle que vous souhaitez. Abonnez-vous dès maintenant à ma chaîne…

 

Alors c’est quoi cette histoire d’intelligence et de confiance en soi…

Ici je veux parler de ma croyance en mon intelligence et comment je la définis.

Et comment cela influe sur la pression que je me mets moi-même face à un challenge, du coup comment je réagis face au succès ou face à l’échec, et donc au final sur ma confiance en moi.

Je m’explique.

Cela commence très tôt : il y a des expériences classiques en psychologie avec des enfants de 3-4 ans face à des casse-têtes – des puzzles ou puzzles en bon français. Certains enfants choisissent des casse-têtes plutôt faciles pour avoir le plaisir de gagner. Et d’autres des casse-têtes plutôt difficiles pour se challenger, apprendre.

Et d’ailleurs vous pouvez vous poser la question si vous êtes joueur de golf, de tennis, d’échecs… Êtes-vous plutôt du côté confort ou du côté défi ?

 

On pourrait croire que gagner augmente la confiance en soi et que perdre nous enfonce.

Mais ce n’est pas si simple, cela dépend à quoi nous attribuons notre victoire ou notre échec.

 

C’est quoi le rapport avec l’intelligence ?

En fait j’ai pris le mot intelligence pour représenter les qualités intrinsèques que je m’attribue, par opposition à l’effort, au travail que j’investis pour apprendre quelque chose.

Et si vous écoutez les enfants – ou que vous vous rappelez votre jeunesse – en tout cas dans le monde occidental, vous savez que souvent gagner, avoir une bonne note en étant besogneux, en travaillant fort n’est pas forcément valorisé. C’est tellement plus cool d’être « doué » : j’ai rien glandé. Et puis cela évite la remise en cause personnelle en cas d’échec. Parce que si je bosse et que j’échoue, là c’est vraiment la honte.

C’est le cas typique – et vécu personnellement – du bon élève qui n’a pas besoin de travailler dans les petites classes et qui tout d’un coup doit affronter la difficulté avec 2 choix : soit je fuis et je glande pour en fait sauver la face en cas d’échec, soit je mets mon ego dans ma poche et je me mets à bosser pour de vrai.

 

Si je me valorise par mes qualités intrinsèques – le fait d’être « doué » ou pas – c’est ma personne, mon identité qui est en jeu.

Certes le succès va nourrir mon ego mais l’échec devient insupportable avec une sorte de jugement binaire : JE suis intelligente ou JE suis nulle.

En revanche si je pense que le résultat est le fruit de mon effort, ce n’est plus lié à mon identité mais à mes comportements : est-ce que j’ai travaillé suffisamment, de manière efficace, etc…

Et si j’échoue, cela implique de travailler plus ou différemment mais cela ne veut pas dire que JE suis nulle.

 

C’est là où se trouve le paradoxe et cela a été démontré par des études passionnantes.

Si je crois que mes talents sont intrinsèques – que cela vient de mon « intelligence » – je vais éviter de prendre des risques, je joue facile pour gagner.
Et le meilleur indice, c’est que si j’échoue je vais avoir tendance à me trouver une excuse externe ou à blâmer les autres.

Donc je joue facile, je gagne, cela gonfle mon ego mais au fond je ne suis pas dupe et cela crée une confiance en moi superficielle et instable.

Si je crois au contraire que mes capacités viennent de mon apprentissage, je rentre dans une mentalité de croissance comme dirait Carole Dweck dans son livre « Mindset », c’est moins glorieux mais la confiance en moi que je bâtis est en fait plus solide.

 

On pourra rentrer dans des considérations historiques et culturelles sur le mythe du héros béni des dieux à qui tout sourit naturellement…

 

De manière concrète, cela explique par exemple certaines peurs de prendre la parole en public.

Si je crois que c’est un don personnel, la pression est énorme et rien que le stress risque de me faire cafouiller.
Du coup, j’évite ce genre de situations ou si ce n’est pas de bonne qualité, je trouve des excuses à la fin, j’étais malade, aphone, etc…

Alors que si je crois que c’est quelque chose qui s’apprend, je prépare, je me fais conseiller, je tire les leçons de mes expériences, et je deviens progressivement meilleur.

Le problème c’est que quand on voit des personnes politiques, des conférence TED, on a l’impression que c’est inné alors que ces gens ont probablement répété des dizaines, des centaines de fois leurs interventions.
Donc on croit que c’est du talent mais c’est du travail…

 

Ces croyances sur notre valeur peuvent se changer, c’est d’ailleurs pour cela que je fais cette vidéo et un peu de coaching peut vous y aider.

Mais évidemment c’est encore mieux quand cela vient de l’enfance.

Donc si vous avez des enfants autour de vous, évitez de louer leur « intelligence » ou leurs « dons » et valorisez leur apprentissage et leur effort.

Pas très cool je sais 😊 mais cela les aidera dans le futur.

 

J’espère que cette vidéo vous aura aidé à repérer sur quoi vous construisez votre confiance en vous selon les domaines de votre vie, ou celle de vos enfants et peut-être incité à changer certaines de vos stratégies.

 

Faites suivre cette vidéo à vos amis – parents ou éducateurs – et abonnez-vous maintenant à ma chaîne YouTube !

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach et Formatrice professionnelle chez Coherence Coaching.

Contactez-nous pour plus d'information

Share This