Intelligence Émotionnelle – La Conscience de Soi :

Comment gérer nos émotions ?

La Conscience de Soi, c’est d’abord observer et identifier nos émotions pour ensuite mieux les comprendre…

Sauf que dans le feu de l’action, cela n’est pas si simple…

Intelligence Émotionnelle – La Conscience de Soi (Version Audio)

Autres vidéos sur le thème de l’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE :

Comment développer son Intelligence Émotionnelle
Intelligence Émotionnelle - La Maîtrise de Soi
La Conscience Sociale
Intelligence Émotionnelle - Gestion des Relations

Intelligence Émotionnelle – La Conscience de Soi (Version Texte) :

 

Bonjour,

 

La 1ère composante de l’intelligence émotionnelle, c’est la conscience de soi.

C’est-à-dire notre capacité à :

  • Percevoir nos émotions,

  • Les comprendre,

  • Reconnaître leur influence,

  • Les utiliser pour guider nos décisions.

 

Bizarrement percevoir nos émotions n’est pas toujours évident.

Nous nous sommes forgés des carapaces émotionnelles et restons souvent impassibles sans nous rendre compte ou vouloir nous rendre compte que les émotions sont quand même là. Notamment dans la sphère professionnelle, ou sous stress, nous restons de marbre. Mais cela peut monter en pression à l’intérieur, du style cocotte-minute.

Les émotions, ce sont des signaux de notre corps qui nous informent sur des satisfactions, des dangers, des frustrations, c’est utile.

Être attentif à soi-même, cela permet de régler notre détecteur émotionnel de manière plus fine, pour mieux anticiper et éviter la surchauffe.  Toutes les techniques qui favorisent l’attention à nous même, la conscience de nous-même comme la méditation, le yoga, les promenades en forêt seront utiles.

 

Maintenant imaginons que vous avez perçu votre émotion, comment comprendre ce qui se passe ?

D’abord je respire un grand coup, j’observe ce qui se passe et j’essaie d’identifier puis de comprendre cette émotion. 
Vous me direz, une fois que j’ai explosé de colère cela ne sert plus à grand-chose.
Mais justement l’idée est de comprendre comment nous fonctionnons pour pouvoir faire du préventif par la suite.

 

1 – Observer ce qui se passe :

L’idée est de prendre du recul pour sortir de la réaction émotionnelle du type : je vois un tissu rouge et tel un taureau je fonce, ce qui est rarement efficace.
Prendre du recul permet aussi de sortir du jugement car une émotion n’est ni bonne ni mauvaise, c’est un message. A moi d’y prêter attention et de la déchiffrer pour en tirer un apprentissage.

Alors comment faire ?
Tout d’abord une bonne inspiration peut aider, cela procure la seconde de répit avant de disjoncter et en plus cela alimente notre cerveau en oxygène et nous permet de mieux réfléchir.
Par ailleurs une émotion c’est d’abord une sensation physique : une tension ou au contraire une détente, une chaleur, des battements du cœur qui s’accélèrent, etc…
Donc cela peut être intéressant de connaitre quels sont vos signes habituels de début de colère, de joie, de tristesse, pour les repérer dès leur naissance.

 

2 – Identifier l’émotion :

Bizarrement ce n’est pas si facile.

Tout d’abord, notre vocabulaire émotionnel n’est pas très développé et si je n’arrive pas à mettre le bon mot, je vais avoir tendance à revenir aux émotions de base mais en perdant des nuances.
Ce n’est pas la même chose d’être attristé ou abattu, d’être amer ou exaspéré…
Vous trouverez des tas de listes d’émotions sur internet, si vous souhaitez vous pratiquer et enrichir votre vocabulaire.

Ensuite, ce que nous appelons émotion ou sentiment ne devrait dépendre que de nous : « je me sens ébranlé, soucieux, mal à l’aise… » pour me focaliser sur ce que je ressens et comprendre comment un événement, un fait a donné naissance à cette émotion.
Mais nous avons tendance à mixer cela avec un pseudo impact de l’autre ou de l’univers entier sur nous.
Exemple : « je me sens jugée » : ce n’est pas une émotion, c’est une lecture de pensée : je suppose que l’autre me juge.
Mais si j’en reviens à moi, comment je me sens : je suis peut-être mal à l’aise, anxieuse, sur mes gardes, susceptible… et c’est mon bout à moi qui est important car c’est le seul sur lequel je peux agir.
En revanche mon hypothèse que l‘autre me juge, m’ignore, me méprise… et j’en passe, cela n’existe que dans ma tête et cela alimente mes interprétations négatives.

Enfin il y a des fois où je ne me reconnais plus, ou bien où je ne reconnais pas mon émotion car elle avance masquée, elle se transforme sans que je m’en rende compte.

L’analyse transactionnelle a décrit 3 mécanismes classiques de transformation des émotions :

le 1er c’est quand l’intensité de l’émotion n’a plus aucune mesure avec le fait déclencheur.
C’est le phénomène de la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
L’analyse transactionnelle appelle cela les timbres psychologiques, en référence aux ancêtres papier des cartes de fidélité : avant les cartes électroniques, les commerçants donnaient des « timbres » papier à chaque achat qu’on collectionnait et collait dans un livret. Et quand le livret était plein, on avait un cadeau.

Donc je suis contrariée car le voisin met sa poubelle légèrement sur mon jardin le jour des ordures, mais je ne dis rien… je colle un timbre…
Et cela se reproduit, et je ne dis rien, 2ème timbre.
Et cela se reproduit, et je ne dis rien…
Bref vous avez compris.
A la 10ème fois, j’explose ! Le voisin en question ne comprend rien et je me sens honteuse ensuite, je ne comprends pas moi-même ce qui m’est arrivé !

Donc des sentiments non exprimés sur le coup, non gérés et conservés, s’accumulent et donnent lieu à une réaction totalement disproportionnée.

2ème cas, c’est une sorte de variante de la goutte d’eau mais liée au passé.
Et c’est ce que l’analyse transactionnelle appelle un « élastique » : une situation anodine va réactiver une situation passée toujours chargée émotionnellement. 
Et je me mets à pleurer ou je me mets en colère « sans raison ».

Cela peut être très banal, la couleur d’un vêtement, un paysage, une odeur… qui me rappelle inconsciemment une scène de mon passé.
En PNL, on parle d’ancrage et Proust de madeleine.

Quand cela vous arrive, arrêtez-vous et essayez de faire des liens, en vous fiant à votre sensation physique et à votre émotion : quand avez-vous déjà senti cela ? Cela vous rappelle quoi ?
Si certaines situations se sont transformées en champ de mines, cela vaut la peine de travailler le sujet avec quelqu’un de compétent.

– 3ème cas, une émotion en masque une autre.

Le cas classique, c’est le détournement de la colère.
A force de d’entendre depuis mon enfance qu’il faut être gentille, qu’être en colère c’est mal, je vais transformer ma colère en autre chose plus acceptable dans ma famille ou socialement.
Donc en fait je suis en colère, mais je masque cela sous de la tristesse par exemple.

Ou bien je somatise : « oh lala je suis fatiguée, je vais me coucher » ou bien « ça y est, j’ai encore la migraine ».
Attention, je ne dis pas que la migraine n’est pas réelle mais que parfois, le corps est notre moyen d’exprimer de manière détournée des émotions que nous nous interdisons. 

 

3 – Comprendre le besoin derrière l’émotion :

Il s’agit maintenant d’analyser :

  • quel a été l’événement déclencheur,
  • quel discours intérieur a favorisé une interprétation des faits plutôt qu’une autre
  • dans le cas des émotions dites négatives quel besoin a été bafoué chez moi, et dans le cas des émotions positives quel besoin a été satisfait chez moi.

Ma peur peut renvoyer à un besoin de sécurité ou de confiance, ma colère à un besoin de respect ou d’équité…

Au final nous sommes des êtres assez simples avec quelques schémas bien rôdés que nous trainons depuis longtemps.
Si vous commencez à noter pendant quelques jours vos émotions en les identifiant et en analysant la séquence « fait déclencheur / discours intérieur / besoin sous-jacent », vous allez sans doute réaliser que vous avez 4-5 scenarios qui se retrouvent dans toutes vos réactions émotionnelles et tous vos conflits…
Une fois que vous les avez identifiés, vous pouvez même leur donner des noms de code, pour les voir arriver de loin et casser des automatismes émotionnels.

 

Alors êtes-vous motivés à aller à la découverte de vous-mêmes pour développer la conscience de vous-mêmes ?

C’est un sujet passionnant… et qui va vous permettre ensuite d’augmenter votre maîtrise de vous-mêmes c’est le sujet de la vidéo suivante.

Coherence Coaching c’est une équipe de coachs professionnels et de formateurs à votre disposition pour vous accompagner dans le développement de votre intelligence émotionnelle et votre communication, individuelle ou en équipe. Contactez-nous…

Si cette vidéo vous a intéressé, faites-la suivre à vos collègues ou amis et abonnez-vous maintenant à ma chaine YouTube.

A bientôt.

Guillemette Moreau, Coach professionnelle et Formatrice chez Coherence Coaching

 

Autres vidéos sur le thème de l’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE :

Comment développer son Intelligence Émotionnelle
Intelligence Émotionnelle - La Maîtrise de Soi
La Conscience Sociale
Intelligence Émotionnelle - Gestion des Relations

Envie d'un peu d'INSPIRATION ?

Inscrivez vous à la LETTRE d'INSPIRATION mensuelle de Guillemette Moreau :

> S'INSCRIRE

Pour en savoir plus, contactez-nous :

5 + 8 =

Share This
Lettre d'Inspiration